CSF Magazine n° 128 - Le service public au secours de la biodiversité

CSF-MAG-NEW 128
 

Pour recevoir le CSF MAG, il vous suffit de rejoindre l'association CSF.
Pour adhérer au CSF et profiter de tous les services et avantages sélectionnés pour vous, il suffit d’acquitter un droit d’entrée unique et une cotisation annuelle. Et pour plus d’avantages, optez pour le service C’Plus.

En savoir plus
✔ Souscrire

Le service public au secours de la biodiversité

 


La population du globe va atteindre cette année les huit milliards d’habitants. Il faut les nourrir. La production agricole mondiale a triplé depuis 1970, dévoyant à cet usage de plus en plus d’espaces naturels, également transformés pour la construction des villes. La mécanisation de l’agriculture conduit à agrandir les parcelles, à raser les haies et les bosquets. La monoculture sur de vastes surfaces devient la règle. Le bocage disparaît. Et, avec lui, les oiseaux qui y nichaient, les insectes qu’il abritait, les lièvres ou les lapins qui y trouvaient refuge. Les haies ont pourtant une fonction importante de régulation du climat : elles protègent du vent et donnent de l’ombre aux troupeaux, elles abritent les pollinisateurs et les prédateurs utiles à l’agriculture.

En mer, le lent réchauffement des eaux océaniques entraîne des migrations d’espèces entières de poissons, de mollusques et de crustacés. Un tiers des massifs coralliens de par le monde et un tiers des mammifères marins sont menacés. Nos modes de production doivent être maîtrisés. Leurs conséquences sur le milieu, sur le vivant, et donc sur nos conditions d’existence doivent à présent être prises en compte, après des décennies d’ignorante désinvolture. Et si c’était là un rôle nouveau pour le service public, dont le sens même est de faire prévaloir l’intérêt général sur les intérêts particuliers ?